ENTRETIEN – LE SPECTACLE VIVANT, LES NON-ESSENTIELS

Entretien avec Maxime Séchaud

Par Louise Lougrada

Depuis le vendredi 12 mars, le Théâtre du Nord est occupé par les intermittent.e.s du spectacle. Après une manifestation inter-syndicale, les acteurs et actrices de la culture, de la région, ont investi le lieu pour affirmer la nécessité de voir  rouvrir les salles de spectacle, renforçant ainsi la mobilisation amorcée à Paris au théâtre de l’Odéon.

Le milieu du spectacle vivant est l’un des premiers touchés par la crise. Les annulations et reports de spectacles ont commencé avant même le confinement de Mars et le secteur a dû cesser toute activité durant 3 mois. En Avril 2020, E. Macron fait une conférence en présence de 6 artistes pour discuter des mesures à prendre concernant la culture et annonce à l’issue de celle-ci, l’année “blanche” comme possibilité. La proposition des syndicats est vite acceptée : les droits des intermittents seront prolongés pour un an, jusqu’à août 2021. 

En septembre dernier, les théâtres sont ouverts mais les inégalités se creusent : tous les intermittents ne travaillent pas dans les mêmes conditions. Même si quelques compagnies ont pu jouer, cela n’a pu se faire que sur un court laps de temps et les couvre-feux et le confinement ont compliqué encore davantage cette courte réouverture. Qu’en est-il de la situation des intermittent.e.s du spectacle aujourd’hui, presque 1 an après le début de la crise ? Louise Lougrada a rencontré Maxime Séchaud, Metteur en Scène et Comédien au Théâtre de l’Ordinaire , pour en savoir plus.

Quelle est la situation des intermittents du spectacle aujourd’hui, en mars 2021, 1 an après le début de la crise ?

Maxime : Aujourd’hui, malgré le couvre-feu, on a la possibilité de répéter. Mais pour répéter il faut de l’argent. Enfin si tu considères ça comme un métier (rire). Donc il faut de l’argent pour payer les comédien.e.s, technicien.e.s, tout ça… Il y a plusieurs paramètres qui entrent en ligne de compte : Est-ce que ça tombe dans ton calendrier de production ? Peut-être que sur cette période-là, tu avais prévu de tourner 5 mois mais que ta tournée est annulée, du coup tu n’as pas forcément l’argent pour répéter alors que tu as envie. Est-ce que les lieux sont dans la capacité d’accueillir ? Pas forcément parce qu’ il y a beaucoup de gens qui veulent répéter et puis surtout ça concerne principalement le théâtre subventionné. Le théâtre subventionné a cette chance d’avoir des subventions pour répéter en complément de l’argent des ventes de spectacles. C’est avec ce budget global qu’il monte une production. Mais le théâtre privé, en général, c’est-à-dire celui qui fonctionne sans subventions, il ne fonctionne qu’avec la vente de spectacles. Donc, à partir du moment ou depuis mars dernier ils ne peuvent quasiment pas vendre de spectacles, c’est impossible pour eux de répéter. Donc pour tout ce secteur là c’est une catastrophe, pour ceux qui, pour des raisons x ou y, ne sont pas sur une création, c’est une catastrophe. Ça crée des déséquilibres assez forts entre nous et pour beaucoup d’entre nous ça va être très difficile de renouveler en août. 

Alors, il y avait une mesure qui s’adressait à tous les salariés mais qui a été très compliquée pour nous, dans le syndicat, à faire respecter par les employeurs, c’est ce qu’on appelle le chômage partiel. Il y a beaucoup d’employeurs qui n’ont pas joué le jeu pour plein de raisons. Déjà parce que ça a un coût, même s’il est minime, mais à long terme ça peut être une certaine somme. D’autres, par flemme et aussi parce que ça paraissait très lourd administrativement. Beaucoup de gens ont joué sur le vocabulaire entre reporté et annulé. Du coup les gens disent « Le spectacle est reporté du coup c’est pas grave, tu seras payé la prochaine fois. » Toi, du coup, tu ne reçois pas ton salaire donc ça veut pas dire grand-chose. Je donne un exemple concret d’une camarade : elle se retrouve avec 15 dates reportées. Mais ça a été difficile d’estimer quand sera la reprise potentielle, du coup elle s’est retrouvée avec plein de gens qui lui dise  « tu peux jouer en mars 2021 » et elle a dû dire non à des dates en mars puisque tout le monde voulaient jouer à ce moment là. Donc, à la fin tu perds de l’argent. De toute façon, de manière générale, même si on a l’année blanche, même si on prolonge nos indemnités, on a tous une baisse de salaire conséquente. Pour des gens ça va mais pour certains, il suffit qu’il y ait un prêt immobilier, des enfants, etc.  C’est des baisses qui peuvent être entre 200 et 500€ par mois. Parce qu’on entend souvent le message « oui mais vous êtes sauvés vous avez l’année blanche. » Oui mais on a surtout une perte de salaire qui peut aller de 200 à 500€. Moi je défie quiconque qui est salarié en France d’accepter une telle condition. Il faut penser aussi à tous les jeunes qui sortent d’une école et qui ne peuvent pas travailler en fait. Qui ne sont toujours pas intermittents. C’est la merde pour les gens qui n’ont pas encore leur intermittence et ils sont beaucoup. 

À part l’année blanche, qu’est ce qui à été mis en place pour pallier aux manques ?

Maxime : L’année blanche à été mise en place pour les salariés, oui. Après, dans le spectacle vivant, il y a un certain nombre d’aides. Il y a des collectivités qui ont décidé de maintenir leurs subventions, il y a eu des fonds de solidarité qui s’adressaient à tout le monde, que ce soit le privé ou le public. Il y a eu quelques soutiens pour les Cie et pour l’instant ça va à peu près. Maintenant, la crise va se mesurer surtout après. On va faire face à ce qu’on a appelé les « embouteillages ». Là il y a un an de spectacle à recaser, et il y a tout ceux qui avait prévu de jouer sur l’année où on recase, donc maintenant, si tu veux faire un spectacle l’année prochaine, les théâtres te disent « Oui, oui, à partir de 2025 c’est bon ». Tu fais quoi jusqu’à 2025 ? Donc la seule solution que je vois c’est d’ouvrir les théâtres et je ne suis pas sûr que ce soit dans la politique culturelle du moment. 

On a pu voir les intermittents, le SFA-CGT par exemple, être présents aux dernières mobilisations et organiser différentes actions. Qu’est-ce que vous demandez ? 

Maxime : Il y a des mobilisations depuis la fin du premier confinement dans le spectacle et la culture en général. Déjà, on demande une prolongation de l’année blanche parce qu’on est un certain nombre à ne pas pouvoir renouveler en août. On demande aussi une vraie consultation des organisations concernées, qu’on puisse être entendus parce qu’on connaît notre secteur. Il y en a beaucoup qui demandent une réouverture des salles en se basant sur le fait que ça a été prouvé par un certain nombres de scientifiques, moi je n’avance pas ça comme un argument d’autorité parce que j’avoue que je rentre dans un domaine que je ne connais pas mais, il semblerait en tout cas que les salles de spectacles soient plus sûres qu’un train ou certains lieux aujourd’hui ouverts et employés par les usagers. Ça nous a un petit peu fait mal quand on voyait les centres commerciaux bondés alors que nous on était fermés. En plus, on était les premiers, les gens du spectacle, à essayer de respecter tous les gestes. Il faudra des moyens supplémentaires parce que si on doit vivre avec le virus et que l’on doit respecter un certain nombre de gestes barrières, ça demande de l’argent. Si tu dois accompagner le public d’un point A à un point B, il faut mobiliser plus de salariés. Il y a les masques, il y a le gel, il y a moins de public. Sur une date ça paraît minime mais quand tu multiplies à un an, si on veut survivre il va falloir réfléchir à une vraie politique culturelle et à des augmentations de budget. 

Occupation du Théâtre du Nord par les intermittent.e.s du spectacle

Est-ce que tu penses que tous ces problèmes sont uniquement dûs à la crise où ont été révélés par celle-ci ?

Maxime : Il ne faut pas qu’on l’oublie effectivement, avant le Covid on était déjà un certain nombre à se battre pour la retraite, pour l’assurance chômage, parce qu’ils étaient en train de la réformer. Alors, ça ne touchait pas encore nos annexes, ça touchait le régime général mais on ne peut pas dissocier nos annexes avec le régime général. On est un régime et pas un statut, donc c’est une indemnité particulière, on est dans un système de solidarité inter-professionnelle, on ne peut pas dissocier les intermittents des autres salariés ce n’est pas possible. Donc, les inégalités, les problèmes de politique culturelle et un gouvernement libéral qui nous en fait voir de toutes les couleurs ça c’était déjà avant le Covid. C’est sûr que sous le capitalisme exacerbé, comme dans tous les autres secteurs, les difficultés se sont amplifiées fois 10 avec la crise. Avec en plus, pour les militants, cette chose compliquée où pour communiquer avec les gens c’est beaucoup plus difficile. Déjà que nous on est un secteur où on ne travaille pas forcément régulièrement dans la même boîte ce qui fait que c’est pas simple pour s’organiser parce qu’on est déjà un petit peu des électrons libres. Là c’est encore pire. Il y a des petits sursauts parce que les gens se réveillent sur certains moments mais ça reste difficile. 

Et au niveau de ta compagnie, le Théâtre de l’Ordinaire, comment cet impact s’est fait ressentir ? Vous avez dû reporter des projets ?

Maxime : J’ai mal choisi mon timing parce qu’en Mars 2020 on devait faire un projet international de 3 mois. Du coup on l’a reporté. On s’est dit qu’on allait être sage et qu’on allait le reporter à janvier. Nous sommes bientôt en Mars 2021 et je suis toujours là. On a reporté deux fois un projet de 3 mois donc ça fait déjà 6 mois (de travail) qui disparaissent. Et on n’est pas passé entre les mailles du filet, on devait faire un festival en septembre et la préfecture du Pas-de-Calais a refusé. On devait faire une fête associative qui impliquait beaucoup d’amateurs en octobre et ils n’ont pas eu l’autorisation non plus. Il y a un certain nombre d’ateliers qui n’ont pas pu se faire notamment dans les écoles. Nous on travaille beaucoup avec les gens dont ce n’est pas le métier, au contact des habitants, chez les gens…Tout ça, ça a disparu. Donc on bosse beaucoup en visio pour préparer des projets en espérant qu’on pourra reprendre. Économiquement pour l’instant on tient, on a payé tout le monde au chômage partiel quand il fallait, on a demandé les aides nécessaires, donc c’est un peu compliqué mais ça va, mais ça ne durera pas. Là, on mise un peu tous nos espoirs sur le printemps-été. Mais si ça doit encore s’annuler je ne sais pas trop au niveau individuel… C’est quand même la première fois de ma vie que je n’ai pas fait de théâtre pendant 1 an. J’ai fait 2 jours. On m’a demandé de venir répéter à l’Oiseau-Mouche j’ai fait une journée et j’ai fait 4 heures avec des amateurs et le lendemain le projet était annulé…

Tu peux m’en dire plus sur le projet de cet été ?

Maxime : Oui ! Maintenant le Théâtre de l’Ordinaire a un lieu, une grange en milieu rural et pour plein de raisons ce qui est compliqué dans la politique culturelle actuelle c’est que l’on dépend beaucoup des programmateurs et des lieux de diffusion qui ne sont pas toujours faciles d’accès. Avec, quand tu tournes, des dates qui peuvent être très éparpillées, c’est toujours un casse-tête parce qu’on a peu de permanents et faut à chaque fois remobiliser l’équipe, ça demande beaucoup de temps pour 1 ou 2 dates et j’avais envie de sortir de ça. Du coup, on a décidé de jouer à domicile, de faire des longues séries et de faire en sorte que les gens viennent nous voir. La grange sera occupée tout l’été et il y aura des spectacles, des concerts et autres festivités selon ce qu’on aura le droit de faire ou non. On monte deux textes : L’état de siège d’Albert Camus en juillet avec des comédien.ne.s pro et des amateurs. Ça parle d’une ville en pleine pandémie qui se retrouve confinée avec des règles de plus en plus absurdes, et qui tend tout doucement vers une dictature autoritaire. Voilà. Ça peut inspirer sur l’actualité ou pas. Et l’autre c’est On ne paie plus, on ne paie plus ! une pièce de Dario Fo qu’on monte en août. C’est une farce politique ou un vaudeville populaire, je dirais. Parce que le vaudeville c’est le théâtre bourgeois qui se passe souvent dans un salon parisien. Là on retrouve ça mais on est dans une cuisine de prolétaire. C’est l’histoire d’une militante qui galère et qui, contre la montée des prix, décide, avec des camarades, de piller le supermarché. Avec comme questions de fond, qu’est ce qui est légal ? Qui sont les voleurs ? et sur la respectabilité ou pas d’un mouvement social. Je trouvais que ça parlait vachement de ce qu’on a pu vivre avec les gilets jaunes par exemple. Le tout sur fond de comédie. L’idée c’était que les deux pièces soient relativement politiques mais aussi festives parce qu’on a besoin de souffler un peu. 

Entretien réalisé par Louise Lougrada,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s