ALERTE EPE, L’UNIVERSITÉ PUBLIQUE EN DANGER

Depuis plusieurs semaines, des étudiant.es, des enseignant.es et des membres du personnel de l’Université de Lille se mobilisent contre un projet d’EPE prévu pour 2022.

Aux sources de l’EPE, une libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui court depuis des années.

L’Etablissement Public Expérimental est un projet de regroupement puis de fusion de l’Université de Lille et de grandes écoles lilloises telles que l’ESJ et ENSAIT, prévu pour 2022. 

ll faut tout d’abord comprendre que le projet d’EPE s’inscrit dans la continuité de la privatisation et de la casse que connaît notre Université depuis des années.

Sous couvert d’autonomie, nos campus subissent des restrictions budgétaires qui les forcent à recourir à des financements extérieurs, sous forme d’appels à projets notamment. Ces recours à des financements privés obligent l’Université à rechercher des labels afin de se hisser dans les classements internationaux.

C’est cette compétition absurde ,qui pousse l’université de Lille à chercher la fusion avec d’autres établissements d’enseignement supérieur. L’EPE est donc un moyen pour l’Université de s’afficher comme “compétitive”. C’est cette même logique de recherche de financements privés qui a poussé les 3 universités lilloises à fusionner il y a 3 ans afin d’obtenir un label I-Site qui devait permettre d’obtenir plus de financements. 

Si le bilan de cette fusion n’est pas complet les premières conséquences sont catastrophiques : gel du recrutement de professeurs, mises sous pression des personnels liées aux restructurations, destructions des services de proximité accessibles aux étudiant.es et disparition de locaux accessibles pour faire cours. 

Loin des préoccupations des étudiant.es et du personnel, qui revendiquent pourtant en ces temps de crise sanitaire des conditions d’études et de travail viables, voilà que se dessine un énième rapprochement…

Le danger d’une dégradation de nos conditions d’études et de travail

L’EPE, c’est la suppression de la personnalité morale et juridique de l’Université, c’est-à-dire de ses prérogatives en matière de gestion du budget, de masse salariale, de diplômes, et de droits d’inscriptions. Ainsi, en intégrant l’EPE et en supprimant l’échelon supérieur de l’Université de Lille, les composantes gagneront en autonomie et se retrouveront au même niveau que les écoles. 

Elles subiront ainsi de plein fouet une concurrence déloyale de ces dernières, qui, parce qu’elles délivrent des diplômes plus prestigieux et plus coûteux pour les étudiant.es, se verront allouer plus de budgets. 

L’EPE, c’est moins de moyens pour des composantes qui risquent de disparaître au profit des filières plus “prestigieuses” et “rentables”. 

Le danger est réel : en sont témoins les étudiants en master MEEF de Valenciennes dont la filière est menacée de suppression car jugés trop peu « rentables ». 

Cette exigence de rentabilité n’a pas lieu d’être : l’enseignement supérieur et la recherche ne sont pas des coûts. 

Ils occupent une place nécessaire dans la production et dans le développement de la société, autant par le haut niveau de formation scientifique qu’ils délivrent aux étudiant.es, que par la recherche qui permet à la fois un développement technique et social et une plus grande compréhension du monde. 

Comme tout secteur productif, l’enseignement supérieur et la recherche nécessitent un investissement et son caractère essentiel exige que celui-ci soit public, pour répondre à des critères d’efficacité et non pas de profitabilité !

Une démocratie universitaire toujours plus bafouée

L’EPE représente aussi un recul de la démocratie universitaire, tant dans sa mise en place que dans son projet. 

Le désinvestissement de l’Etat dans l’Enseignement Supérieur et de la Recherche offre une opportunité rêvée d’investissement aux acteurs privés qui seront sur-représentés au conseil d’administration de l’EPE. La proportion au CA des représentant.es extérieur.es à l’université passera ainsi de 22% à 32% avec l’EPE, au détriment du personnel et des étudiant.es, déjà très peu représentés depuis la fusion. 

Summum de la honte : au contraire de l’Université, les écoles vont garder leur personnalité morale et juridique pendant toute la période d’expérimentation, leur permettant de quitter le projet si elles le souhaitent.  

Elles conserveront ainsi une autonomie de gestion que l’Université aura perdu. Cela signifie qu’elles pourront bénéficier des avantages offerts par l’Université (salles, équipements, possibilité d’émarger à la CVEC) sans aucune contrepartie. 

Enfin, les écoles seront avantagées dans le rapport des voix au sein des conseils d’administrations, puisqu’elles auront une voix permanente au CA, ce qui n’est pas le cas des doyens de composantes de l’Université, même lorsque l’une seule d’entre elles compte autant d’étudiant.es que l’intégralité des écoles lilloises. 

L’EPE attaque la démocratie universitaire jusque dans sa phase de préparation. Alors même que certains conseils de facultés (Humanités, Droit)  refusent le projet, et que l’absence de débat au sein de l’équipe présidentielle a provoqué la démission de trois vice-présidentes, la direction de l’Université refuse aux étudiant.es et au personnel l’organisation d’une consultation. 

Alors, que faire ?

Un collectif de personnel et d’enseignant.es a lancé avec des étudiant.es mobilisé.es deux référendums afin de faire entendre l’opposition massive de la communauté universitaire à l’EPE. 

Étudiant.es, administratifs et enseignant.es, tous et toutes doivent pouvoir exprimer leur opposition à ce projet. C’est collectivement qu’il nous revient de faire entendre notre voix. 

Pour ce faire, il suffit de suivre l’un de ces liens et de vous y inscrire selon que vous soyez étudiant.e ou personnel, en utilisant l’adresse universitaire appropriée.

Si tu es étudiante.es → SURVEY: Referendum EPE Etudiant (ouvaton.org) 

Si tu es membre du personnel → SURVEY: Referendum EPE U Lille (ouvaton.org)

Ici le lien du collectif du Personnel et enseignant.es mobilisé.es contre l’EPE pour plus de détails : start [Personnels de l’université de Lille en lutte] (frama.wiki)

Un mail vous permettant d’exprimer votre avis sur l’EPE sera envoyé à l’adresse universitaire renseignée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s